X Fermer
La montade, un voyage à pattes et une fête
La montade, un voyage à pattes et une fête
LA MONTEE A L’ESTIVE

La montée à l’estive, la montade, était une fête aussi bien pour les hommes que pour les animaux. Chacun s’y préparait à l’avance. Le jour de la saint Urbain, le 25 mai, c’était le départ. Le rendez-vous était fixé sur la place du village ou du hameau. Hommes et bêtes se rassemblaient pour une vraie aventure de plusieurs dizaines de kilomètres vers les montagnes couvertes d’une herbe bien verte.

Pour ce grand voyage annuel, chaque vache et parfois même les veaux avaient leur cloche autour du cou. La meneuse avait les cornes et le dessus de la tête ornés de fleurs, de feuillages et de rubans.
Le prêtre bénissait les hommes ainsi que les animaux. C’était une véritable caravane qui se mettait en route, sous l’œil des habitants du village et quittait la ferme pour cinq mois, avec veaux, vaches, cochons, chiens, hommes et victuailles.
C’est traditionnellement autour du 13 octobre, jour de la saint Géraud qu’avait lieu la dévalade : la redescente dans la vallée, également moment de liesse.