X Fermer
Le bornage des pacages
Le bornage des pacages
BORDURES DES MONTAGNES

Les limites des montagnes ont souvent été la cause de bien des litiges, car mal définies. Parfois, des murets en pierres sèches montés par les bergers, matérialisaient des limited plus nettes. Selon une pratique ancestrale, les parcelles dépendant de chaque buron étaient signalées par de grosses pierres « les caïres », posées de loin en loin. Il en reste de beaux spécimen, notamment sur le Cézallier.

Jusqu’au milieu du XXème siècle, il y avait très peu de clôtures sur les grands espaces d’estives. Les bergers durant l’estivade surveillaient quotidiennement les bêtes et veillaient à ce qu’elles ne pénètrent pas sur la « Montagne » d’un autre propriétaire.

Dès 7 heures du matin les vaches partaient pour les « bordures » de la montagne.
Pour éviter le gaspillage de l’herbe, toute la matinée le troupeau était ainsi maintenu le long des limites fréquemment par deux personnes : le berger et le pâtre : l’un côté montagne et l’autre côté bordure. Le troupeau se disposait alors en un long ruban surveillé sur le long des côtes.

Aujourd’hui, des « caïres » subsistent encore mais leur rôle a été supplanté par la pose de kilomètres de clôtures en fils de fer barbelé. Ces bordures du XXIème siècle commencent à être remplacées. Les batteries solaires colonisent les « Montagnes » pour alimenter les clôtures électriques. La pierre a fait son temps !