X Fermer
Buron de Villeneuve-Haut
Buron de Villeneuve-Haut
SIGNAL DU LUGUET
Sur la commune de Vèze

Le buron de Villeneuve-Haut est situé sur la commune de Vèze à quelques centaines de mètres au dessus de la départementale 39 (Allanche-Anzat-le-Luguet) face au hameau de Chazelou. Il était déjà mentionné sur le cadastre napoléonien du début du 19ème siècle.

Implanté à une altitude de 1282m, sur le versant sud de la Montagne de La Jarrige, légèrement en contrebas du sommet, le buron de Villeneuve bénéficie d’un léger abri du vent ce que n’avaient pas les anciennes cabanes, antérieures à la construction en pierre, dont subsistent les creux au sommet.

Les dimensions du buron ne sont pas imposantes (11,10m par 6,40m). Il n’y a plus de chemin permettant d’y accéder depuis la route à travers la montagne. Absence également d’un point d’eau à proximité du buron. L’accès à l’eau semble donc être le ruisseau de la Fontaine Saint-Martin qui serpente tout de même à quelques centaines de mètres à l’Est.

Le bâtiment est couvert d’un toit à deux pentes orienté Nord-Ouest/Sud-Est. Sur le mur gouttereau Sud-Ouest vient s’accrocher perpendiculairement un petit bâtiment, plus bas, couvert également d’une toiture à deux pentes qui abrite deux loges à cochons qui sont formées d’une voûte à clavaux. La hauteur intérieure est faible : 1,75m. Chaque loge est accessible par une porte basse (1,10m par 0,60cm de large) s’ouvrant dans le mur gouttereau Sud-Est, suffisantes pour le passage des porcs. A l’origine, ces portes ouvraient sur des courettes aujourd’hui disparues. Autrefois, les deux constructions étaient couvertes en lauzes comme en attestent les spécimens répandues à la périphérie du buron. Actuellement, le buron est hors d’eau grâce à une protection en tôles ondulées.

La souche cheminée, bâtie dans le prolongement du pignon Sud-Est, est implantée à mi-pente du versant Sud-Ouest. Pour parfaire son étanchéité, les maçons l’ont agrémentée de lauzes prises dans la maçonnerie, formant ainsi des larmiers. Les eaux provenant du dernier palier de la souche et de la partie supérieure de la toiture étaient ainsi récupérées et éloignées du pignon par un cintre de pierre retourné. Dans la partie haute de ce pignon, toujours dans l’axe, s’ouvre un fenestrou protégé par un barreau en fer forgé, en fait, un nœud de sorcières (voir notre fiche).

La porte d’entrée du buron, modeste accès de 1,70m par 0,80cm, est légèrement désaxée sur la droite du pignon Sud-Est. D’une part et d’autre de l’ouverture, 3trois grosses pierres taillées supportent le linteau qui forme l’allège du fenestrou qui lui, est dans l’axe du pignon.
La porte est comme la plupart des burons en planches contrariées, ferrée sur gonds forgés pris dans les pierres du jambage droit. La porte vient se loger dans la feuillure taillée dans la pierre. Autrefois, elle était immobilisée par une serrure en applique aujourd’hui disparue. Elle n’est actuellement fermée que par quelques brins de « ficelle de lieuse », signe de l’absence de « richesse » à protéger derrière les murs épais. Au-dessus de la porte d’entrée, au raz de la voûte, le traditionnel fenestrou diffuse un peu de lumière dans la pièce.

L’accès à l’intérieur du buron n’est plus de plain pied comme à l’origine. En effet, l’amoncellement de fumier et de boue devant la porte oblige désormais à descendre (0,40cm) dans la pièce principale, la fromagerie.

LA FROMAGERIE

Le sol de la fromagerie voûtée (2,47m de hauteur), qui était aussi le lieu de vie des buronniers, est entièrement recouvert de dalles de pierre taillée d’environ 0,40 cm carrés.
A gauche en entrant, on trouve la cheminée dont le foyer pris dans l’épaisseur du mur est fermé par un linteau de bois, d’une part supporté par un corbeau en pierre et, d’autre part pris dans la maçonnerie de la voûte.
A l’opposé de l’autre côté de la porte, un placard est ménagé dans l’épaisseur du mur. Il était garni d’étagères.

Face à l’entrée, dans l’axe du mur de refend se trouve la porte en bois qui donne accès à la cave à fromage. Elle est de dimensions proches de celle de la porte d’entrée du buron (1,74m par 0,74m). Les jambages et le linteau sont également en pierres de taille. Au-dessus du linteau a été aménagée une minuscule niche qui pouvait contenir un bougeoir ou une statue de la vierge.

LA CAVE A FROMAGE

Dans ce lieu sombre qu’est la cave où reposaient les meules de Cantal, le sol est en terre battue.
Face à la porte, encastrée dans le pignon Nord-Ouest, on devine la niche qui recevait le présurier (1,02m par 0,95m). Dans ce sanctuaire du fromage, on trouve encore les plateaux de bois destinés à accueillir les fromages pendant leur maturation.

Sur la gauche s’ouvre la ventilation (0,33cm par 0,22cm) munie d’une protection en fer forgé, là aussi un nœud de sorcière pour chasser les mauvais esprits. Cette ouverture était maintenue en permanence hors de terre et assuré par le mur de soutènement de la montade du védélat.

LE VEDELAT

Lorsqu’on contourne le bâtiment par l’Est, on monte progressivement et l’on découvre dans le pignon Nord-Ouest la porte du védélat. Le seuil est à une trentaine de centimètres au-dessus de l’extrados de la voûte du niveau bas de la cave à fromage. Cette porte, relativement haute (2,10m par 0,80m), devait en effet permettre le passage des claies du parc. Le sol du védélat est pavé, une rigole centrale s’évacuant par le seuil de la porte y est ménagée.

La charpente du buron, dont les couples ont été scrupuleusement numérotés de I à X, à été réalisée avec soin. Son observation est un régal. Bien que l’assemblage des jambettes et des arbalétriers soit relativement bas (0,80m), la forte pente (50°) permet de dégager une hauteur utile de 2,32m sous entrait. De nombreuses chevilles prises dans le douellage témoignent encore de l’ancienne couverture en lauzes du buron.
Face à l’entrée, dans le pignon Sud-Est, s’ouvre le fenestrou du védélat protégé par un nœud de sorcière. Opposé à la porte d’entrée du védélat, en créant un courant d’air, il permettait de ventiler correctement l’espace qui accueillait les veaux.

Sources : Burons pour mémoire, Philippe Magenties et Vincent Trinh