X Fermer
Buron de Fortuniers-Bas
Buron de Fortuniers-Bas
SIGNAL DU LUGUET
Sur la commune de Vèze

Le buron de Fortuniers-Bas est situé sur une montagne enclavée appelée La Montagnoune sur la commune de Vèze à 1241 m d’altitude. L’accès se fait à partir d’un ancien chemin qui part du hameau de Coudour sur la commune d’Allanche et traverse plusieurs montagnes.

Le site qui est proche de la Roche de Baroncle (lire la légende associée au lieu) est très peu favorable car il est sur un versant Nord. La rangée de sapin qui domine l’endroit est une plantation récente. Une source coule à 50m au Nord du buron. On remarque une différence de volume au niveau du bâtiment. Sur l’orientation Est-Sud, plus favorable, ont été construites dix loges à cochons.

UN BURON-FERME

La couverture est essentiellement en ardoises. On accède au buron par le mur gouttereau Nord par une porte placée entre deux fenêtres protégées par des volets. Dans la fromagerie, un cloisonnement en planches délimite une petite salle commune où se trouve la cheminée, adossée au pignon Est. Cet espace spécialement dédié aux buronniers est éclairé par les deux fenêtres (1,50m par 0,80m). On est en présence d’un style de buron-ferme. Un chevêtre ménagé entre les poutres en bois permet l’accès, grâce à un escalier, à la grande chambre (6,70m par 4,80m) qui est mitoyenne du védélat à l’étage. Deux fenêtres sur le pignon Est éclairent largement cet espace. Les buronniers disposaient là d’un rare espace dédié au repos.

LA CAVE A FROMAGE

Ce lieu de maturation du fromage se fait se fait à partir de la salle commune face à la cheminée. Une marche sépare les deux espaces. Le linteau de la porte d’accès à la cave porte la date de 1833, mais semble avoir été réutilisé. La cave voûtée est ventilée par une petite ouverture au Nord. Sa grande dimension (8,20m par 4,15m) permet de supporter un grand védélat (10,85m par 6,75m) auquel on accède par le pignon OuestL La large porte (2m par 1,78m) a sans doute été élargie et ne semble pas d’origine. La partie haute de la charpente servait à stocker un peu de fourrage.

La partie cave et le védélat est assurément la plus ancienne mais ne semble pas constituer le bâtiment mentionné ici sur le cadastre napoléonien du début du 19ème siècle. Toujours est-il que la taille du bâtiment avec ses différentes extensions et ses lieux de vie indépendants laissent imaginer l’importance de la superficie de la « Montagne » dont il dépend.